La société civile guinéenne fait face à de nombreuses critiques quant à son implication dans la résolution des crises cycliques que la Guinée traverse, mais aussi son manque d’engagement vis-à-vis des questions citoyennes, observe un collaborateur de votre quotidien en ligne echosdeguinee.net à Conakry.

A l’occasion d’une conférence de presse organisée par le Conseil National des Organisations de la Société Civile (CNOSC), le Président de cette plateforme, Dansa Kourouma s’est défendu en ces termes : « à chaque fois que la société civile monte au créneau, les gens se demandent quels sont les moyens que nous disposons pour faire fléchir les acteurs. Notre moyen c’est la légitimité, le fait que les citoyens, à chaque fois que les politiciens ne s’entendent pas demandent à la société civile d’intervenir ou critiquent parfois à juste raison la société civile. Nous, nous pensons que c’est un signe de reconnaissance. Si nous n’étions rien on n’allait pas nous interpeller»
Sékou Koundouno a indiqué que le Balai citoyen de Guinée et le CNOSC consultent régulièrement toutes les parties prenantes au dialogue pour la décrispation du climat politique : « nous faisons le tour des états majors des formations politiques, des partenaires techniques et du gouvernement à chaque deux semaines pour s’enquérir du niveau de la situation politique, de l’avancée sur les accords, les contraintes et les difficultés afin que nous puissions apporter des solutions».

Diallo Solokouré