Ce mercredi matin, les traces de sang et les impacts de balles sont encore visibles sur les lieux du drame  dans la  famille de Thierno Hamidou Diallo, abattu par balle, à l’occasion de la manifestation organisée par l’opposition républicaine, mardi, 16 août 2016, a constaté sur place un collaborateur de votre quotidien en ligne echosdeguinee.net à Conakry.

Les pleurs continuent et la tristesse se lie sur les visages de ses amis qui continuent à venir voir la scène. Selon nos informations, il était en train d’aider sa sœur à mettre les habits sur une corde lorsqu’il a reçu une  balle au cou. Son frère témoigne qu’il mangeait, lorsque sa sœur accrochait  le linge des enfants sur la corde à la  terrasse. Il lui a proposé  son aide, aussitôt, il a reçu une balle au cou.


Il y a d’autres qui ont eu plus  de chance, parmi lesquels,  Mamadou Moussa, un enfant de 4 ans et sa mère qui est toujours hospitalisée dans une clinique de la place. La tante du jeune qui a vécu la scène revient sur l’incident: « on était en train de vendre lorsque les tirs ont commencé. Ma sœur, les enfants et moi avions fuit pour nous protéger dans la maison. Mais les tirs ont continué dans notre direction. Ma sœur a crié soi disant qu’elle a reçu une balle au pied. Le sang coulait à flot et nous avons forcé la situation pour l’amener à l’hôpital » explique-t-elle.


Les forces de l’ordre ont usé aussi des jets de pierres, Mamadou Dian, âgé d’une quarantaine d’années,  a reçu une pierre en plein front alors qu’il quittait la mosquée, après la prière de 17H. Aujourd’hui, il se sent plus que jamais dans l’insécurité.
Le présumé auteur des tirs est Capitaine Kany Diallo qui  a été arrêté pour des fins d’enquêtes, a rassuré le ministre de la sécurité, Me Abdoul Kabélé Camara.

Alseyni Barry pour echosdeguinee.net