Le Ministère de la Santé et de l’hygiène publique organise des sessions de formation de 120 agents sociaux pour assister les personnes affectées par le passage de l’épidémie de la maladie hémorragique à virus Ebola en Guinée dans leur relance socio-économique, a appris un collaborateur de votre quotidien en ligne echosdeguinee.net à Conakry.

Plus de 30.000 personnes ont été affectées par le passage de l’épidémie de la maladie hémorragique à virus Ebola en Guinée. La plupart de ces personnes sont des veuves et des enfants qui sont encore stigmatisés par leurs communautés.
L’épidémie n’a pas eu que des conséquences sanitaires. Elle a sérieusement ralenti l’économie du pays. Un recul de 3% en 5 mois avant une chute de l’économie à 0% en 2015. Mais, il y a aussi un impact psychosocial sur les communautés. La lutte contre cette stigmatisation  des personnes affectées est plus que vive  ces derniers temps. C’est dans ce cadre que cette formation de 120 agents sociaux qui seront bientôt déployé sur le terrain, permettra d’assister les victimes de l’épidémie dans leur insertion sociale mais aussi dans la relance de leurs activités professionnelles et économiques. D’autres agents sont en formations. Ceux de Labé, Mamou, Dabola suivent les cours à Labé. A Macenta, ce sont les agents de Kankan, Siguiri et Macenta. Il y a aussi un autre centre à N’Nzérékoré pour les agents des préfectures de la Guinée forestière.
Réalisée grâce à l’appui du PNUD, de l’Unicef, du Royaume de la Belgique et du Japon, la formation de ces agents est bien plus que nécessaire pour contribuer de manière efficace au suivi de la qualité des services psychosociaux des acteurs non étatiques sur le terrain. Une importance que n’a pas oublié de  souligner  le représentant du PNUD au cours de son intervention durant le lancement officiel de la formation. Un budget de deux millions de dollars est prévu pour couvrir la formation, le déploiement et la fourniture d’outils de travail.
Les agents ont déjà une expérience pratique de 9 mois. La présente formation va donc améliorer leur compétence dans l’assistance sociale.
Les femmes et les enfants sont les plus affectés par le passage de cette épidémie en Guinée. Deux couches vulnérables que le Ministère de l’Action Sociale compte bien aider à retrouver une vie épanouie et dispensée de toute discrimination.

Mohammad SOUMAH