La décision du gouvernement de la république portant interdiction de la coupe et la commercialisation du bois en Guinée pénalise menuisiers et maçons dans la préfecture de Lélouma, relevant de la Région Administrative de Labé, en Moyenne Guinée, a appris le correspondant de votre quotidien en ligne echosdeguinee.net dans la préfecture.

Depuis le mois de mai dernier, le gouvernement guinéen, à travers son ministère  en charge de l'environnement, a interdit la coupe et la commercialisation du bois dans tout le pays.
Cette décision justifiée par la déforestation et la menace de sécheresse, n'a pas fait que des heureux. Tous ceux qui vivent de l'exploitation du bois s'en plaignent.
Dans la préfecture de Lélouma, relevant de la Région Administrative de Labé, en Moyenne Guinée, menuisiers et maçons ne savent plus à quel saint se vouer.  
Abdoulaye est un maître menuisier: « vraiment cette décision nous pénalise. S’il n’y a pas de bois, comment allons-nous travailler? Depuis le mois de mai, c'est difficilement que nous trouvons le bois pour fabriquer les meubles. Les vendeurs de madrier ont augmenté les prix. Ça se comprend puisque la rareté fait la valeur. En plus, c'est leurs stocks qu'ils vident. Nous aussi, nous sommes obligés d'augmenter les prix des meubles. Conséquences ? Ça ne marche pas. Les clients se plaignent. »
Bien que la coupe abusive du bois cause des dégâts énormes, certains citoyens trouvent la mesure trop dure. Ahmadou korka est un maçon:
« Nous savons tous que la déforestation est dangereuse. Le changement climatique est réel. Mais le bois, c'est comme le pain! Tout le monde est touché par cette interdiction. Nous, maçons ne pouvons pas travailler puisque sans bois au marché, il n'y a pas beaucoup de chantiers et ce sont les chantiers qui nourrissent nos familles. C'est dur à l'heure là. Le gouvernement dois exiger le reboisement mais pas interdire complètement la coupe du bois » se lamente Maître Ahmadou Korka, un maçon de la place.
Une campagne de reboisement a été lancée par le ministère de l'Environnement, des Eaux et Forêts, au mois de juin 2016. Cette campagne devait aller jusqu'en août. Qu'en est-il dans la préfecture de Lélouma?
Le Chef de la Section des Eaux et Forêts de Lélouma, Monsieur Koikoi Toupou (sur la photo) explique que le département a instruit de reboiser les têtes de source et les berges des cours d'eaux.
« Nous avons restauré la tête de source du cours d'eau "Lélou" qui se trouve dans le quartier de Poyé. Nous avons planté des milliers de têtes sur environ 4 ha. La tête de source de "Guermè", dans la Sous-préfecture de Diountou, était aussi ciblée. Nous avons planté 50 arbres sur cette tête de source. Toujours, dans le cadre de cette campagne de reboisement, nous avons planté une centaine de plants tout au long de la route appelée "Longoriwol" à Kénéri, dans la commune urbaine de Lélouma » précise le technicien des Eaux et Forêts.
Apprendre aux citoyens guinéens à planter les arbres, comme cela se faisait au temps du premier régime est la meilleure solution pour lutter contre la déforestation.
 « Au temps de Sékou Touré, nous plantions un arbre pour chaque occasion. Tu as un baptême tu plantes, un mariage tu plantes etc... C'était obligatoire. Tout le monde le faisait. Les élèves le faisaient. Pratiquement, tous les arbres que vous voyez aujourd'hui ont été plantés à cette époque, surtout les "Mélinas". Au lieu d'interdire systématiquement l'exploitation du bois, notre gouvernement devrait imiter le premier régime en matière de gestion et de protection de l'environnement » fait remarquer Modi Boubacar, un doyen de la localité:
Rappelons que tout dernièrement, le Président de la République, le Professeur Alpha Condé, a demandé à ce qu'on rende le bois saisis aux propriétaires. A-t-on effectué cela à Lélouma?
 « Nous avons tous suivit cette déclaration à la télé. Nous attendons l'acte écrit de notre Ministre pour le faire » réponds le premier responsable de la Section des Eaux et Forêts de la préfecture, Monsieur Koïkoï Toupou.
Serait-ce le début de la fin de l'interdiction de l'exploitation du bois? Nombreux sont ceux qui l'espèrent en tout cas!

Mamadou Chérif DIALLO pour echosdeguinee.net
Téléphone : (00224) 622 252 611