Après plus d’une année d’attente, les candidats et candidates qui ont opté pour être agents de santé à la fonction publique  ont été finalement fixés sur leur sort ce samedi, 27 août 2016, a appris un collaborateur de votre quotidien echosdeguinée.net dans la préfecture de Labé.

Sur 18 833 candidats, seulement 2950 ont eu la chance d’être acceptés pour leur intégration à la fonction publique.

Dans la région de Labé, contrairement à Conakry, la capitale, Kankan et N’Zérékoré, les résultats ont été plus que lamentables. Pour l’instant, même les autorités compétentes se réservent d’avancer des statistiques.

La meilleure place que les candidats de Labé ont occupée, est la deuxième dans l’option Biomédical. Une place qui a été occupée par le candidat qui a le PV 19.

Au micro de votre site d’information continue, le Directeur Régional de la Santé ne cache pas sa déception mais rassure que les centres et postes de santé les plus reculés de la région bénéficieront d’agents qui seront à la hauteur du besoin pour les communautés

« Je suis entre la joie et la déception surtout que des agents avec les quels nous avons longtemps travaillé ensemble n’ont pas eu leurs admissions. On aurait voulu que ces agents intègres la fonction publique mais tel n’a pas été le cas. Et c’est l’occasion pour moi des leurs demander de prendre courage parce que ce n’est pas la fin du monde », a expliqué Dr Houdy Bah sans pour autant oublier de remercier le gouvernement pour tous les efforts fournis et rappeler qu’ils restent encore des besoins pour combler le vide.

« Le gouvernement a fourni beaucoup d’efforts donc nous le remercions. Mais ils restent encore des besoins pour combler le vide parce que présentement bon nombres des centres et postes de santé de notre région ont besoin du personnel pour leur bon fonctionnement. Si nous prenons par exemple l’hôpital de Lelouma, le directeur de l’établissement est le seul Gynécologue. A Koubia, Tougué et Mali, s’est la même situation qui s’y présente, » a dénoncé le DRS de Labé.

Rencontrer au gouvernorat où sont affichés les résultats, ces quelques admis comme il est de nature se sont dits être très très satisfaits de cette proclamation attendus depuis 2015.

« Moi j’étais à Koubia et c’est de là-bas que j’ai été informé de cette proclamation. Aujourd’hui, je suis venu, j’ai vu mon nom et celui de mon ami. J’avais subi le concours à Koubia Centre. Je suis donc très ravi et j’encourage mes amis qui n’ont pas eu de ne pas céder au désespoir » s’est félicité et encouragé Monemou Jean, admis en ATS sous le PV 571.

 

En même temps, nos enquêtes nous ont permis de détecter des anomalies dans ces résultats. Dame Houseynatou Bah qui a été évaluée en ATS à Labé, elle, a vu son nom et son PV dans la liste des infirmiers d’Etat et pire pour la région de Conakry.

« Suis vraiment inquiète de faite que vu mon nom et mon PV 781 mais pour la région de Conakry et comme infirmière d’Etat alors que j’ai été évaluée en ATS à Labé dons il me faut rencontrer les autorités pour voir claire dans cette confusion » a regretté l’admise.

Il est important de signaler que les autorités sanitaires au niveau régional n’ont avancé aucune statistique pour situer l’opinion sur le taux d’admission. Mais selon bon nombres de candidats rencontrés sur place, le taux est loin d’atteindre même les 20%.

Mamadou Saïfoulaye DIALLO