Depuis une semaine, la situation d’un patient venu de Madina Oula pour des soins mine les relations entre l’hôpital régional de Kindia, en Basse Guinée et un officier militaire en service dans la capitale des agrumes, a constaté sur place le correspondant de votre quotidien en ligne echosdeguinee.net dans la préfecture.

 

 

Selon  la  version  de  la  surveillante   de  l’hôpital régional    de  Kindia,  Madame Adama  Baïlo Barry,  c’est  le  président   de  la  communauté  Lola,   Commandant  Dona mou  Traoré  qui  a  envoyé  ce  malade  souffrant  d’une plaie qui sentait trop dans son service. « Les  autre  malades        ont  même  boudés  la  salle  à  cause  de  la  mauvaise  odeur  de  la  plaie  de  Monsieur  Roger  Traoré mais  malgré  tout, on  s’est  occupé  de  lui  en  lavant  sa  plaie  jusqu'à  ce  que  le  malade  s’est  retrouvé.  Quand  il  s’est  retrouvé,  il  ne voulait  plus  qu’on  le  touche  ( nous  les  médecins). Si  un  médecin  insiste   pour  lui  donner  une  piqure,  il  essaiye   de  le  mordre.  En personne,  j’ai  appelé  Commandant  Dona mou  pour  lui  expliquer  ce  comportement  bizarre  du   malade  et  il  est  venu  l’effrayer   pour   qu’on  puisse  lui  donner des  injections. Depuis  ce  jour,  on  n’a vu  personne  maintenant   près  du  malade, même  Commandant  Dona mou. Pas  de  manger  ni  rien  pour  le  malade.  Après   deux  jours,  le  malade lui-même nous  a  dit  de  l’aider   à  sortir  de   l’hôpital   parce  qu’  il  ne  gagne  pas  à  manger. J’ai  encore  appelé  Commandant  Dona mou  pour  lui  expliquer,  il  m’a  dit  qu’il  est  en  mission  à Conakry.  Qu’il  viendra  le dimanche,  jusqu’au  mardi  je  ne  l’ai  pas  vu  et   il ne  m’a  pas  appelé.  C’est  ainsi  que  j’ai  amené  le  malade  au  Camp  Kèmè  Bourèma,  car  c’est  un  malade  qui  ne  devait même  pas  être  hospitalisé »  se défend elle.

Version  de  Commandant  Dona mou  Traoré  président   de  la  communauté  nomma  en  service  a  la  première région  militaire  de  Kindia  (Camp  Kèmè  Bourèma)

 

D’abord  je  vous  remercie  d’être  venu  à  la  source  pour  avoir  des  infos  claires.  Vous  avez   nous  sommes  dans  un  Pays  malade, haineux  et  de  rumeur.  Le  monsieur dont  ils  parlent   vit  à Kindia  depuis  2000. iIl  est  à la  recherche  du  quotidien,   je  ne  le  connais même  pas  et  il  est  aussi  inconnu  dans  notre  communauté  à Kindia  ici.  Il  y  a  de  cela  quelques  mois,   il  était  enfermé  dans  une  maison  à Madina  Oulla  à  cause  de  cette  plaie  septique   qui  sentait   fort.  Mais  comme  il  vient  de  Lola,  il  a  été  récupéré   par  nos  parents   ressortissants   résidants  dans  la  sous-préfecture  de  Madina  Oulla qui  ont  contribuer  et  trouvé  une  somme   de  300 mille francs guinéens. Ils l’ont embarqué  dans   un  Taxi  à  100 mille  FG pour  venir  chez  moi  au  Camp  Kèmè  Bourèma,   Commune  Urbaine  Kindia.  Une  fois  chez  moi,  il  m’a  dit  qu’il  vient  de  Lola.  Je  l’ai  pris  directement  pour  l’hôpital régional  mais  la  dame  qui  devait  s’occuper   du  malade  était  rentrée.  C’est  le  matin  que  les  docteurs  m’ ont   dit  de  payer  une  somme  de  1.500.000 francs guinéens pour  qu’ils  s’occupent  du  malade. Je  leur  ai  dit  de  me  laisser  à  500 mille FG. Discussion  sur  discussion  ont  s’est  compris  et  j’ai  payé  sur  place  400 mille FG. Quelques  jours  après,  la  dame  m’appelle  pour  me  dire  de  venir  prendre  le  malade. Je  lui  ai  répondu  que  je suis  à  Conakry  et  je  viens  le  dimanche.  Avant  mon arrivé,  j’ai  trouvé  qu’ils avaient déjà    expulsé  le  malade  de  l’hôpital pour  le  Camp.  Très  choqué,  je  n’ai  pu  rien  dire,  je  suis  rentré  au  Camp  récupérer  le  malade  et  l’envoyer  à   l’hôpital  du  Camp  où  il  poursuit   les  soins.  Je  ne  sais  comment  j’ai  abandonné  ce  malade ?  Quelqu’un  que  tu  ne  connais  pas,  tu  l’envoie  à  l’hôpital,  tu  payes  le  frais  et  l’ordonnance, on  t’accuse  de  l’avoir abandonné.

Par ailleurs, l’officier militaire lance un appel aux personnes de bonne volonté de venir au secours  ce malade, pour sauver cette misérable vie qui est en danger depuis  belle lurette.

Mohamed M’bemba  Condé  655878766