Un attentat a été déjoué en Belgique, des perquisitions et des arrestations ont eu lieu en France, dans la banlieue parisienne, et en Allemagne, à Berlin.

Photo d'illustration. Le président du CFCM Dalil Boubakeur prononce un discours contre la barbarie de l'organisation État islamique le 26 septembre dernier.

© AFP PHOTO / DOMINIQUE FAGET

La une du numéro de l'hebdomadaire satirique à paraître mercredi représente Mahomet, une larme à l'oeil, tenant une pancarte "Je suis Charlie".

Des centaines de milliers de personnes sont attendues dans les rues de Paris. Le parcours et les sites sensibles seront surveillés de très près.

Les menaces contre la France ne sont pas retombées avec la mort des frères Kouachi et d'Amedy Coulibaly.

Le plus jeune des trois suspects activement recherchés par la police s'est spontanément rendu au commissariat de Charleville-Mézières, mercredi soir vers 23h. Des témoins affirment qu'il était en cours au moment des faits. La police a diffusé un appel à témoins dans la nuit de mercredi à jeudi en dévoilant l'identité et les photos de deux frères recherchés.

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées à Paris et dans plusieurs villes de France pour rendre hommage aux victimes de l'attaque de l'hebdomadaire.

Le Royal Free Hospital a indiqué que "l'état de Pauline Cafferkey s'est progressivement détérioré au cours des deux derniers jours".