L’inflation qui frappe la monnaie guinéenne depuis des années se répercute quotidiennement sur la vie du citoyen Lambda.

L’inflation qui frappe notre monnaie depuis des années continue à se répercuter quotidiennement sur la vie du Guinéen Lambda. Si avant les petites coupures de 100 francs guinéens avaient une valeur dans nos marchés, ceci n’est plus le cas. Après la disparation des pièces de 25 et 50 fg vers les années 90, 2000 ; actuellement ce sont les billets de 100 fg qui sont en mauvaise posture constate votre quotidien Echos de Guinée.


Et pourtant, les fonctionnaires continuent à recevoir ces billets chaque mois au billetage. Selon notre petite enquête, chaque fonctionnaire payé par billetage à Labé reçoit chaque mois 50, 100 voir 200 milles fg en petite coupure de 100 fg.  


Abdoulaye Diallo SAF (service administrative et financier) de la direction préfectorale de développement rural (DPDR) de Labé raconte son amertume : « le problème que je suis entrain de vous relater ici c’est quelque chose que je vie parce que je suis chargé de payer des fonctionnaires donc je connais les problèmes qu’ils ont avec les billets de 100 fg. Je suis obligé de prendre les billets de 100 fg quand le trésor me les donne et quand je les prends, je suis obligé à mon tour de les remettre aux travailleurs. Ce, malgré qu’ils ont toutes les difficultés au monde pour les écouler dans les marchés » raconte t-il.


Le problème n’est pas avec les billets, mais plutôt leur valeur marchande dixit Monsieur Diallo : « D’autant puisque il n’y a pas d’articles dans le marché qui coute 100 fg, même aux mendiants quand tu les remets 100 fg, ils te regardent bizarrement d’ailleurs certains n’acceptent pas ces billets » poursuit-il.

Interpellé, ce commerçant ne dit pas le contraire : «Vous savez ces billets dont vous parlez non plus de valeur sur le marché. Par exemple moi dans ma boutique là un billet de 100 fg n’équivaut à aucun produit donc même si je veux prendre ces billets je ne peux pas. 100 fg ne coute absolument rien de nos jours, » renchérit Mouctar Bah, commerçant.


Madame Kindy Kaba, marchande au Yenguéma de Labé y est allé de son mot : «on n’accepte pas ces billets parce qu’on a nulle part ou les écouler à moins que tu n’ais une forte somme. Si tu à 2000, 3000 fg en billet de 100 fg difficilement tu trouveras un preneur. Nous nous avons belle et bien des articles qui coutent 100 fg mais vu qu’on n’a pas ou les placer après, c’est ce qui fait qu’on les rejette aussi » souligne t- elle.


Une implication rapide et efficace de l’autorité compétente est plus que nécessaire précise le SAF de la DPDR : « Donc, moi je crois que, l’autorité doit prendre des dispositions pour ces billets de 100 fg. S’il faut, continuer à les donner aux fonctionnaires, il faut qu’ils sensibilisent les citoyens, les commerçants jusque dans le dernier village pour les faire comprendre que c’est notre monnaie et ils sont obligés de la prendre, qu’ils sont obligés de l’utiliser dans toutes les transactions » lance Monsieur Abdoulaye Diallo.


Seule les banques et les station services acceptent ces petites coupures poursuit Monsieur Diallo : « il y a certains, ils les prennent et les gardent jusqu’à ce qu’ils mobilisent une forte somme et ensuite ils se débrouillent pour aller déverser au niveau des banques, ou alors à la rigueur dans les stations de pompages c’est uniquement ces derniers qui acceptent les billets de 100 fg. Parfois certains commerçants et c’est surtout la masse paysanne qui n’accepte pas du tout de les prendre quelque soit les conditions. Tu prends ces billet de 100 fg tu va dans un marché hebdomadaire, tu ne pourras pas les placer.»


En fin, le SAF de la DPDR propose une piste de solution : « Je veux seulement attirer l’attention de l’autorité sur cet aspect. Deux choses ; soit s’ils continus a donner  ces billets de 100 fg, qu’ils sensibilisent à travers les medias pour faire comprendre aux citoyens qu’ils sont obligés de prendre ces petites coupures. Ou alors, s’ils ne peuvent pas faire ça, qu’ils arrêtent de donner ces billets aux fonctionnaires » conclu-t-il.


Affaire à suivre!!!


Bocar Sow