Les autorités de Conakry se sont finalement prononcées sur la situation des guinéens détenus en Angola

C'est par la voix du Ministre délégué des Guinéens de l'étranger Sanoussy Bantama SOW, que les autorités de Conakry se sont prononcées sur la situation des Guinéens detenus à Trinita un immense centre de détention situé à 30 km de la capitale Angolaise.

Ce sont environ 3 000 étrangers dont au minimum 500 guinéens, selon les chiffres officiels donnés mercredi par le ministère délégué aux guinéens de l’étranger ont été raflés dans les rues de Luanda en une semaine.

Le Ministre Sow a signifié que l'opération ne vise pas seulement les ressortissants guinéens vivant en Angola.

Parmi les 3045 personnes arrêtées à Luanda en deux jours, le ministre Sow confirme que 884 dont 8 femmes restent encore détenues à  la prison de Trinita.

“Les arrestations ont débuté dans les rues, à domicile et dans les mosquées le 19 décembre 2014 à Luanda et dans 17 autres provinces angolaises”, a indiqué le ministre en charge des guinéens de l’étranger.

Dans cette vague d’arrestation, les guinéens sont les plus affectés, aux dires de Bantama Sow. La raison est simple, dit-il. les 9 mosquées sur 11 appartiennent à la communauté guinéenne qui dispose aussi d’importants réseaux des boutiques, ateliers et pharmacies.

Officiellement, on reproche aux guinéens de vivre en Angola sans aucun document légal.

Le gouvernement guinéen hausse le ton et invite les autorités angolaises au respect des conventions internationales et accords qui les lient aux autres pays du monde. Au ministre Sow de rajouter, “nous demandons la libération de tous nos compatriotes détenus dans des conditions inhumaines en Angola et qui ne sont pas impliqués dans des activités illégales”.

“Tous ceux qui sont partis à la quête du bonheur doivent être libérés”, a-t-il précisé.

Par ailleurs Bantama Sow indique que des discussions sérieuses entre les autorités de plus haut niveau doivent avoir lieu pour trouver des solutions idoines à ce problème d’immigration  de guinéens en Angola.