Au-delà de la grande mobilisation qui a marqué le meeting du mercredi 7 janvier à Conakry, plusieurs discours ont ponctué ce rassemblement.

Les plus critiques ont été tenus par le chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo, Dr Faya Millimono de l’opposition extra-parlementaire et Aboubacar Sylla de l’UFC.
Cela fait exactement 18 mois que les leaders politiques de l’opposition guinéenne n’avaient été perçus sur le capot de véhicule où ne s’étaient pas exprimés devant leurs militants. Ce mercredi, l’opportunité leur a été offerte. Cellou Dalein Diallo du haut de son véhicule, entouré des militants, a déclaré : « Nous allons nous mobiliser pour chasser Alpha Condé en 2015 ». Il pointe du doigt les violations répétées des droits humains avant de réclamer des élections transparentes en 2015.
Docteur Faya Millimono réclame l’application de la loi sur le professeur Alpha Condé pour parjure. Il l’accuse d’avoir violé la constitution dans la mise en place de l’institution nationale indépendante des droits humains. Poursuivant son oratoire, il indexe aussi le gouvernement dans la gestion jugée « catastrophique » du virus Ebola.
Après eux, plusieurs responsables des partis d’opposition ont pris le micro baladeur pour demander le départ des délégations spéciales et dénoncé la gouvernance actuelle du pays par le pouvoir d’Alpha Condé.
Aboubacar Sylla a indiqué que l’opposition ne se limitera pas à ce meeting. Le combat continu, selon lui et les séries de manifestations continueront tant que leurs réclamations ne sont pas prises en compte.
Il faut signaler que le seul grand absent était le président de l’UFR dont les militants ont  fait une véritable mobilisation de force devant un dispositif de police et de sécurité, déployé  en face de l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry.

Cheick Bah